< The hub

Le nombre de matchs joués chaque saison diffère grandement d’une ligue à l’autre. Les clubs anglais et espagnols jouent en moyenne 65-76 matchs par saison, contre seulement 50 pour les clubs français. Le risque de trop jouer est donc réel, ce qui peut conduire à une baisse de motivation, de concentration et un risque accru de baisse de performances et de blessures.

Les joueurs stars sont obligés de jouer de nombreux matchs à enjeu en fin de saison, cette période intense augmente le risque de fatigue, et donc de blessure et de contre-performance.

266 joueurs parmi les plus grands clubs européens, dont 65 ont joué la coupe du monde

Arsenal, Manchester United, Real Madrid, Juventus, Inter Milan, Ajax Amsterdam, PSV Eindhoven, Paris Saint-Germain, Stade Rennais et RC Lens ont tous transmis leurs données sur leurs joueurs blessés, temps de jeu, nombre de matchs… aux chercheurs de l’étude (1). En outre, un groupe de trois experts internationaux (entraîneurs ou ex-entraîneur d’équipes nationales européennes) a estimé les performances des joueurs selon trois critères : surperformance (les performances du joueur sont meilleures qu’attendues), performance attendue, et contre-performance (inférieures à celles attendues) durant la Coupe du Monde ayant lieu à l’issue de la saison.

La fin de saison, un enjeu crucial…

En fin de saison, l’enjeu de chaque match augmente, notamment avec l’arrivée des phases finales de coupes nationales et continentales, ainsi que celles des coupes d’Europe et du monde, tous les deux ans. Les 65 joueurs analysés ayant participé à la Coupe du Monde ont joué significativement plus de matchs durant la saison, en particulier les 10 dernières semaines, ce qui signifie que leur calendrier était particulièrement dense physiquement et émotionnellement, avant et durant la coupe.

… qui influence les performances en Coupe du Monde

29% des joueurs participant à la Coupe du Monde ont été blessés durant celle-ci et 32% ont contre-performé. Ces derniers sont ceux qui avaient joué au moins 12 matchs dans les 10 semaines précédentes, ce qui indiquerait que ces séries de matchs intenses et rapprochés augmentent la fatigue, ainsi que les risques de blessure et de contre-performance. Le lien semble si fort que l’UEFA a modifié d’elle-même le calendrier de la ligue des champions dès 2003/2004, afin de laisser plus de temps entre la fin de saison en club et l’éventuel début des phases finales de championnat d’Europe et de Coupe du Monde.

Et le calendrier Covid ?

Non seulement les divers confinements ou mesures de restrictions sanitaires ont un impact certain sur la fatigue et la préparation physique et mental (2), mais aussi sur le calendrier de compétitions, avec des périodes fréquentes durant lesquelles les matchs sont rapprochés et à fort enjeu. Dans ce contexte, il est plus que jamais nécessaire pour les clubs professionnels de détenir un outil permettant d’anticiper et gérer les états de fatigue. Seul inCORPUS® sur le marché est aujourd’hui capable de fournir une telle solution, spécifiquement pour le sport de haut niveau et en particulier le football.

Références scientifiques

(1)          Ekstrand, J.; Waldén, M.; Hägglund, M. A Congested Football Calendar and the Wellbeing of Players: Correlation between Match Exposure of European Footballers before the World Cup 2002 and Their Injuries and Performances during That World Cup. Br. J. Sports Med. 2004, 38 (4), 493–497. https://doi.org/10.1136/bjsm.2003.009134.

(2)          Bourdillon, N.; Yazdani, S.; Schmitt, L.; Millet, G. P. Effects of COVID-19 Lockdown on Heart Rate Variability. PloS One 2020, 15 (11), e0242303. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0242303.



Read in English >