< The hub

Faire son test inCORPUS® aux meilleurs moments permet d’optimiser son programme d’entraînement, ses performances et prévenir les blessures. Le test inCORPUS® s’utilise en phase de préparation ou durant la saison, le choix pertinent de l’occurrence des tests inCORPUS® est essentiel, nous vous expliquons ici les principes qui sous-tendent ces choix.

Des sports collectifs aux sports individuels d’endurance ou de force-vitesse, le test inCORPUS® est utile pour tous, mais avec des modalités d’approche bien différentes selon les disciplines, les calendriers sportifs, les stages de préparation et les échéances à venir.

Mesurer son profil énergétique de base

Le test est réalisé chaque semaine toujours dans les mêmes conditions, sans stress les deux jours précédents. Par exemple tous les dimanche matin. Il est ainsi possible de suivre l’évolution de son profil d’énergie et mettre en évidence une progression ou un profil de fatigue. Le but de la mesure régulière du profil d’énergie est d’anticiper sa dégradation et de résoudre le plus rapidement possible un éventuel profil dégradé.

Le test inCORPUS® est réalisé le matin, à jeun, après être allé aux toilettes et sans entraînement à intensité forte les deux jours qui précèdent le test (pour les sportifs) ou sans stress ressenti dans ces deux jours (pour les non sportifs).

Les sports collectifs

Le test est réalisé deux jours (ou trois jours) après un match afin de juger de la fatigue qui en découle. Cela permet de proposer aux joueurs des remédiations adaptées à leur état physiologique. Les joueurs sont alors répartis en plusieurs groupes pour les parties de préparation physique ou de récupération, selon le profil inCORPUS®. A titre d’exemple, le groupe dont les profils sont verts ou bleus peuvent réaliser des séances intenses ou explosive, le groupe aux profils rouges réalise des séances aérobies d’intensité faible à modérée avec récupération en cryothérapie (ou autres stimulations parasympathiques), le groupe violet réalise des séances d’explosivité à base d’efforts très courts, avec récupération complète entre les exercices.

En phase de préparation en début de saison, un à deux tests inCORPUS® par semaine sont préconisés, en évitant d’avoir une séance intense ou longue dans les deux jours précédant le test, de manière à pouvoir tester un profil énergétique de base.

Les sports individuels

De manière générale le cycle d’entraînement suit un rythme de deux à trois semaines de charge pour une semaine de régénération. Un test inCORPUS® est placé systématiquement en fin de semaine de régénération afin de déterminer le profil énergétique de l’athlète au moment de passer au cycle suivant. Selon le profil, il est possible de moduler le début de la semaine de reprise afin d’éviter un état de fatigue (profil énergétique dégradé) qui pourrait devenir chronique et s’aggraver progressivement. D’autres tests peuvent être placés dans les semaines d’entraînement afin de s’assurer des capacités à assimiler le programme d’entraînement défini. Lorsqu’une réaction pendant l’entraînement montre une baisse de performance, il est recommandé de placer un test inCORPUS® le lendemain matin afin de vérifier le type de fatigue générée. Cela permet d’adapter l’entraînement si l’athlète assimile mal la charge de travail.

Le stage hypoxique ou stage de préparation pour un objectif majeur

En période de stage le test inCORPUS® est réalisé tous les matins afin d’adapter et d’individualiser l’entraînement de la journée en fonction des réponses physiologiques. Si tout va bien (test inCORPUS® vert, bleu ou jaune) le programme prévu est suivi, mais si le profil d’énergie se dégrade (orange, rouge, violet, marron ou noir), il est nécessaire d’adapter l’entraînement. Dans ces périodes où les stress cumulés sont forts (par exemple hypoxie et entraînement) l’athlète peut présenter un profil dégradé, auquel cas il faut éviter de proposer des séances à intensité forte à très forte, ce qui conduirait à l’échec de la préparation.

Quel rythme entre les tests inCORPUS® ?

Lorsqu’un profil dégradé est caractérisé par inCORPUS®, il faut savoir si cet état est aigu ou s’il peut devenir chronique. Réalisez le test suivant deux à trois jours après pour vérifier si la fatigue s’installe. Si c’est le cas, il faut mettre en place les remédiations et conseils proposés par inCORPUS®. En cas de retour à la normale le test suivant est programmé en générale une semaine après, sauf en cas de stage ou d’objectif majeur proche.

Je veux savoir comment je récupère après une compétition ou après une séance à forte intensité

Le test inCORPUS® est réalisé tous les matins suivant cette forte séance afin d’obtenir la cinétique de récupération jour après jour. Vous vous apercevrez que cette récupération jour après jour n’est pas linéaire et régulière !

En résumé

En résumé l’occurrence du test inCORPUS® peut être très variable, entre 15 et 80 par an, avec une moyenne d’environ 30. Toutefois, en suivant les quelques règles simples exposées dans cet article le suivi inCORPUS® deviendra plus pertinent que jamais et vous aidera à atteindre vos objectifs.



Read in English >